AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un compte à régler (Dealdur + libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lessien

avatar

Messages : 918
Age : 26
Féminin
Feuille de personnage
Race: elfique
Alignement: Bon

MessageSujet: Un compte à régler (Dealdur + libre)   Mer 1 Sep - 21:25

« Elle est vivante ! »
Vivante. Elle ne savait même plus ce que voulait dire ce mot. Certainement être allongée sur le sol, face contre terre, trempée jusqu'aux os par la pluie battante et avoir l'impression d'être lacérée de partout. C'était seulement si elle pouvait sentir ce qui l'entourait. Ni les gouttes de pluie s'écrasant sur son visage couvert de boue ni les mains appliquant des soins de premiers secours pour arrêter l'hémorragie, et elle entendait encore moins la voix de l'Elfe qui essayait vainement de la faire garder conscience. Plus rien ne passait, tout restait à l'extérieur : de sa tête, de son corps, de ses oreilles... Même le temps ne semblait plus avoir d'emprise sur elle. De toute façon, qu'est-ce que cela pouvait bien faire ? Elle ne se souvenait même plus de ce qui s'était passé... passé... du loup...


La petite fille se réveilla plusieurs mois plus tard à l'hospice, couchée sur un lit moelleux, lui semblait-il. La salle avait une odeur d'herbes. C'était assez désagréable. D'un geste lent et lasse, elle tourna la tête à la recherche de quelque chose qu'elle ignorait. A la place, elle trouva Nany, l'une des dirigeantes de l'orphelinat. La plus gentille, sans doute. Elle avait l'air bouleversée, ce qui fit de la peine à la petite Elfe. Elle n'aimait pas rendre Nany triste. Elle s'occupait tellement d'elle ! Nany était un peu comme sa maman.
Après un long silence, la dirigeante lâcha :


« Je n'espérai plus ton retour, Lessien. Deux mois sont passés et rien n'arrivait à te réveiller. Que t'es-t-il passé par la tête pour avoir quitté l'orphelinat ce soir là ?

Quelle idée lui était venue à l'esprit ? Rien. Rien, certainement. Elle ne se souvenait pas de grand chose... Juste du loup et... Ah, du loup ! Le loup. Elle avait suivit le loup. D'une voix à peine audible, elle répondit :

-J'ai suivit le loup. Il me demandait de venir. Mais il a disparu.
-Le loup ?
-Le loup noir. Il me disait de venir...
-Et il t'a conduit aussi loin dans la forêt avant de t'attaquer ?
-Non. Disparu...
-Alors quoi ?!


Alors quoi ? Elle ne savait pas. Mais pas le loup. Il ne l'avait pas attaquée. Elle n'arrivait pas à se souvenir de ce moment. Dans sa tête elle n'entendait plus que la voix douce de l'homme qui lui racontait des histoires sur les différents peuples humains. Comment ils vivaient, qui étaient leurs rois, leurs coutumes... Il lui avait également dit qu'il était messager. A cette pensée, elle ne put s'empêcher de demander qu'en était-il de cet inconnu, ce qui ne fit pas l'effet escompté. Cette simple demande ne fit que faire pleurer la jeune femme qu'elle aimait tant. Elle devait désormais la prendre pour une folle ou du moins pour une traumatisée au sens propre du terme, ce qui était peut-être vrai. La seule chose qu'elle lui répondit en se levant fut :

-Il n'y avait pas de messager, Lessien. Pas plus que de loup noir. Il n'y avait rien de tout cela... »

Puis elle referma la porte derrière elle.

Le silence retombé dans la pièce, la petite fille se dit qu'elle aussi un jour elle deviendrait un messager et qu'elle sauverait les enfants de douze ans, comme le monsieur l'avait fait pour elle. Puis elle irait délivrer des messages chez les Humains pour retrouver ce messager. Mais elle n'était encore qu'une enfant et devrait donc patienter jusque là ! En attendant, elle se demanda s'il était vrai que les Hommes construisaient leurs maisons loin des forêts et si même certains d'entre eux ne connaissaient réellement pas l'existence des Elfes. Au fait, comment se fait-il qu'on l'ai retrouvée dans la forêt alors qu'elle s'était perdue à l'extérieur de celle-ci ?!










Debout sur l'une des somptueuses collines du Rohan, Lessien regardait l'immense paysage qui se profilait devant elle. Au milieu de cet halo de pierres, d'herbes et de vent se dressait un village fait de bâtisses en bois d'apparence assez pauvre. Les cheveux au vent, la jeune Elfe se sentait minuscule dans cet endroit. Mais elle avait surtout l'impression de partir à la conquête de quelque chose d'impossible à attraper. Et pour arriver jusqu'à cet océan d'herbes, il avait fallu passer au Sud des Monts Brumeux puis chevaucher vers l'Est, allant presque toujours tout droit.
Bien sûr, elle avait fait en sorte de ne pas avoir à passer par la Lothlorien. Elle n'avait pas envie d'y retourner et, avant tout, elle n'avait toujours pas fait ses preuves (sauf de guérisseuse, dirait-on). Mais elle avait tout de même appris une nouvelle de là-bas : son unique ami était mort lors d'une embuscade orque il y a de cela plusieurs semaines. Et ils ne l'avaient même pas prévenue ! Pour ce coup, elle leur en voulait réellement, d'autant plus qu'elle était peut-être celle qui tenait le plus à lui !
Bien entendu, elle avait tout fait pour cacher son chagrin à Dealdur, qui n'aurait rien comprit vu qu'il ne se basait que sur la fierté et aurait tout de suite pris cela pour de la faiblesse, ce qu'elle détestait au plus haut point : être considérée comme une faible incapable de se battre tout simplement parce que elle, au moins avait des sentiments ! Peut-être ne basait-elle pas sa vie là-dessus, mais elle avait quand même un minimum de fierté.
Tout en étant perdue dans ses pensées, elle se retourna vers son compagnon d'armes. Elle sentait qu'il recherchait quelqu'un, certainement, et pas pour lui faire du bien. Dans quoi allait-il donc la mêler ?! Elle espérait seulement que sa prochaine victime ne serait pas dans ce village. Elle avait besoin de mieux connaître les Hommes avant d'avoir à régler leurs disputes. Et pour l'instant, elle ne savait quasiment rien d'eux...
Elle repensa également à ce qui l'avait poussée à connaître cette race quelque peut étrange. Un messager inconnu certainement humain qui l'avait sauvée d'on ne sait trop quoi puis qui avait disparu sans laisser de trace. Une rencontre qui lui avait donné un but dans la vie mais qui lui avait également laissé une énorme balafre en travers des omoplates, dans le dos. C'était d'ailleurs la principale raison pour laquelle elle ne portait presque jamais de robe, celles-ci étant généralement trop légères et laissant entrevoir cette cicatrice du temps passé. A cause de cette fichue blessure aussi elle détestait qu'on lui touche le dos. Ça la mettait quelque peu de mauvaise humeur. Elle fit d'ailleurs une courte grimace à cette idée.


En fait le village était grand, vu de l'intérieur. Les maisons étaient complètement différentes de celles des Elfes et avaient presque toutes un grand cœur en bois fixé sur leur toit de chaume. Ce qui se voyait bien aussi, c'était l'amour que les Rohirims portaient pour leurs chevaux -pour lesquels ils étaient connus d'ailleurs... C'était plus que voyant !
Hypnotisée par cet endroit, elle ne put s'empêcher d'aller visiter le quartier.


« Je vais faire le tour du village. Je vous laisse à vos « devoirs », dit-elle à Dealdur. Puis, tout bas : Évitez de faire trop de dégâts. Je n'aimerais pas avoir à retrouver un mercenaire mort -ou presque- à la lisière de la forêt voisine ! »

Ainsi la jeune femme passa donc son temps à s'émerveiller devant tout et n'importe quoi, comme une enfant... Enfin presque tout. En effet, les gens, et plus particulièrement les femmes, paraissaient bien miséreux, que ce soit au niveau de leurs vêtements que de leurs mines de déterrés. En plus, elle ne comprenait pas pourquoi la grande majorité des femmes portaient une sorte de voile sur leur tête. Non, franchement, elle avait l'impression de faire tâche claire dans ce lieu et cela devenait même embarrassant, qui plus est que beaucoup la dévisageaient comme si elle venait d'une toute autre planète. Ils n'avaient donc réellement JAMAIS vu d'Elfe de leur vie ?! Quoi que... Il lui a bien fallu près de 1200 ans pour vraiment rencontrer un humain ! En y repensant, d'ailleurs, elle pria intérieurement les Valar pour que justement celui-ci ne fasse pas trop de bêtises pendant son absence !


__________________

Si l'ombre du Mal s'abat sur toi, alors fais-toi ombre...
L'ombre de la Lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hildevert Delhiomme

avatar

Messages : 33
Masculin
Feuille de personnage
Race: Terres Sauvages
Alignement: [Bon][Neutre][Mauvais]

MessageSujet: Re: Un compte à régler (Dealdur + libre)   Lun 15 Nov - 22:51

Un mercenaire pourrait-il être digne de confiance? La réponse n'allait pas tarder à être dévoilée. Cela faisait des jours que Dealdur et Lessien marchaient en quête du Rohan, cette terre si sauvage aux yeux de l'humain. Un territoire des plus inhospitaliers et qui semblait être un terrain défriché sans aucune valeur. D'ailleurs, le mercenaire avait eu vent de biens des rumeurs qu'il parvenait à trier. En effet, chacune présentait une part de vérité. Ainsi, il sut qui dirigeait ce peuple de cavaliers et que celui-ci avait comme seul héritier un rohirrim. Dealdur n'en savait guère plus, préférant ne pas se fier à l'hypothèse que celui-ci se marierait bientôt. Faisant le vide dans son esprit, l'humain voyageait en une aimable compagnie qui ne lui était pas si inconfortable qu'il l'aurait cru au départ. En effet, cette personne, nommée Lessien, lui fit part de ses charmes de l'esprit et méritait son respect pour le simple fait de l'avoir guéri. Tout du moins, Dealdur était trop fier pour lui avouer mais tenait à la protéger, son pacte le liant à l'elfe. Celle-ci put s'apercevoir qu'à de nombreuses reprises, le mercenaire lui jeter des regards de défi mêlé d'orgueil. Expliquons ceci un peu mieux. L'homme savait qu'il était redevable à Lessien mais tentait néanmoins de la juger, évaluant ses capacités afin de mieux parvenir à un sauvetage si tel était le cas. Toutefois, la perfection serait qu'elle puisse se débrouiller, ce qui paraissait très largement difficile pour le mercenaire. Les temps furent durs. L'elfe devait en avoir conscience ou bien elle l'apprendrait à ses dépens.

Après s'être largement perdu dans ses pensées interminables, Dealdur se reprit en main au bout de quelques jours, envisageant dès lors le combat avec quiconque oserait l'insulter ou contredire. Prenez garde, le mercenaire est de retour et son prochain ennemi risquerait bien sa peau en l'affrontant maintenant, si hargneux. Les deux voageurs se trouvaient à présent sur une petite colline où la brise du vent venait frôler le cou de l'humain. En contre-bas se profilait une vaste plaine et des pâturages où gambadaient paisiblement des chevaux, crinières voletant à leur course. Un chemin de pierres grossières sinuait à travers cette gigantesque plaine. Le tableau habituel du Rohan! A environ 5 kilomètres, on apercevait un village semblant toujours peuplé par de multiples fumées s'échappant des cheminées. Leur route était toute tracée. Dealdur continua donc en descendant la pente douce, marchant d'un pas désormais sûr.


"Eh bien, je vois que nous parvenons enfin au Rohan. C'est le premier village qu'on aperçoit depuis quelques temps. Hâtons nous, je sens une odeur délicieuse m'envahir."

Il voulut lâcher une blague simple mais s'en retint. Son apétit grandissant, il ne voulait plus se contenter des quelques provisions restantes. Un repas bien consistant était son unique but., après avoir préalablement réglé quelques problèmes majeurs. D'ailleurs, Dealdur se demandait bien comment aborder ce souci lui causant du tort. Il verrait bien arrivé au village, ce qui ne tarda pas. En une demi heure, Lessien et le mercenaire se trouvait à l'intérieur même en face d'une auberge se réduisant à une salle donnant sur l'extérieur, composée de quelques tables et d'une dizaine de chaises d'un air peu confortable. Eh bien, l'elfe le congédia espérant en apprendre un peu plus sur les hommes. Etrange chose en soi. L'homme la laissa faire, la regardant s'éloigner un temps soit peu. Décidant d'agir vite, il se rua à toutes enjambées vers une maison à sa droite. Tous s'arrêtèrent de batifoler lorsqu'ils virent l'homme armé défoncer la porte et crier tel un damné. Ce fut la panique la plus totale. Pas de chance pour Dealdur, des rohirrims s'étaient installés ici un moment et s'armèrent aussitôt face à l'apparant brigand leur faisant face. Pendant ce temps, le mercenaire une fois à l'intérieur, monta les escaliers de deux en deux, véritable furie. Il avait directement su qui était sa cible se rappelant des lieux. Là, il vit un landeau où pleurait un bébé éffrayé par un tel raffu. La mère vint prendre son enfant entre ses bras afin de mettre une barrière entre le nourrisson et l'inconscient. Celuici leva bien haut son épée et l'abatta d'un coup dur le crâne de la mère, la tuant sur place. Pour l'enfant, il lui suffit de l'étrangler. Un tel acte de barbarie ne pouvait être impuni, aussi les soldats entrèrent et s'abattèrent sur lui, enragés. Il lui fallut trouver un échappatoire... la fenêtre. Confiant, il la traversa, se coupant avec quelques débris de verre. Devant lui se trouvait l'elfe, terriblement choquée. Le mercenaire lui tendit la main. En effet, s'ils partaient tout de suite, ils auraient une chance de semer les agresseurs sinon Dealdur aurait peu de chance de s'en sortir en vie et enconre moins indemne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lessien

avatar

Messages : 918
Age : 26
Féminin
Feuille de personnage
Race: elfique
Alignement: Bon

MessageSujet: Re: Un compte à régler (Dealdur + libre)   Ven 19 Nov - 22:11

La jeune elfe releva les yeux : elle percevait des cris près d'elle, de la maison derrière laquelle elle se trouvait probablement. A peine tourna-t-elle la tête vers la fenêtre du premier étage que celle-ci explosa d'un coup, ne lui laissant à peine le temps de faire un pas en arrière avant qu'un objet -en fait un humain- atterrisse avec force juste en face d'elle. Ordinairement, elle aurait tiré ses coutelas. Mais là... elle ne pu que rester bouche bée devant son compagnon de route, qui ne mit que peu de temps avant de la reconnaître et de lui tendre la main. Voyant que Lessien ne réagissait toujours pas, il la pris par le poignet et commença à courir, l'entrainant avec lui.

Se voyant obligée de courir, cette dernière eu pour premier réflex d'essayer de libérer son bras de l'emprise de Dealdur, mais quand elle regarda derrière elle pour comprendre un temps soit peu ce qu'il se passait, l'idée de fuir n'était pas si mauvaise que cela... Enfin lorsqu'on est impliqué dans une affaire qui ne nous concerne pas. En effet, tout un groupe de soldats commençaient à leur courir après tandis que d'autres s'employaient à leur tirer dessus ! Mais qu'est-ce que cet idiot d'humain avait encore fait ?!

Ils sortirent seulement quelques petites minutes après du village, toujours poursuivis, et se dirigèrent vers le Nord. La jeune femme ne réfléchit pas, elle suivit son instinct elfique et les dirigea tout droit vers la forêt la plus proche : Fangorn. Ils n'en étaient pas très loin et, au grand galop, pouvaient y être en assez de temps pour avoir des chances de ne pas y arriver déjà troués de partout. En moins de dix minutes ils se trouvaient déjà à l'orée de la forêt et l'elfe n'hésita pas à y entrer, malgré tout ce qui se racontait dessus.

Une fois dedans, ce ne fut plus qu'une histoire de chasse aux lapins ou, pour les plus joueurs, de cache-cache. Fort heureusement les soldats se montraient beaucoup plus réticents qu'elle et il lui fut facile de trouver différents chemins sûrs où les chevaux pouvaient galoper sans se blesser. Elle leur fit faire un grand tour, semant leurs ennemis, puis s'arrêta à deux bonnes centaines de mètres de la lisière, loin de l'endroit par où ils étaient entrés.
Lessien descendit de cheval, calme d'apparence, sûre que les rohirrims mettraient quelques temps avant de les retrouver. A peine Dealdur eut-il le temps de poser pied à terre qu'elle lui envoya un coup de poing en pleine figure, sur le point d'exploser. Avant qu'il ne puisse réagir, elle fit quelques pas vers l'intérieur de la forêt et s'arrêta juste une seconde, la main tendue pour empêcher le mercenaire de faire quelque action que ce soit, puis lui dit, haletante :


« Cinq... Cinq minutes. Après, on en parlera ! »

Puis elle repartit, ne guettant aucunement la réaction qu'il pourrait avoir. Elle s'arrêta quelques mètres plus loin, le visage crispé et les mains se tordant dans tous les sens possibles puis, à bout, forma un poing avec sa main droite et donna un fort coup de poing tout en criant de rage au premier arbre venu. Comment avait-il pu... Comment avait-elle pu être assez naïve pour faire confiance à quelqu'un qu'elle connaissait à peine, et un mercenaire qui plus est ?! Et surtout... Pourquoi avait-il tué la femme et l'enfant ? Elle avait entendu les cris. Les avait reconnus pour avoir soigné des blessés de guerre dans une maison de soin ou même sur ce qu'il restait du champ de bataille, où les femmes qui habitaient les maisons voisines pleuraient leurs maris ! Non, elle n'était pas ignorante. Du moins pas autant que semblait penser tous ceux qu'elle avait pu connaître, y compris le fougueux mercenaire, qui la connaissait encore moins ! Elle avait compris ; et ne voulait tout simplement pas l'accepter. Un orc, oui. Un enfant, non.

Toujours haletante, Lessien se laissa prendre appui sur l'arbre qu'elle avait frappé. Après lui avoir murmuré des excuses (parce que les arbres ressentent bien plus de choses que les humanoïdes, contrairement à ce que l'on croit), elle se laissa tomber tout doucement à terre, jusqu'à s'assoir. Là elle commença à vraiment réfléchir. Pour le coup, ce dernier coup de poing lui avait fait un sacré bien. Jamais elle n'avait eu à s'exprimer de cette manière ! Retrouvant son calme, l'elfe se cala contre son appui et ferma les yeux. Elle aimait beaucoup ces instants où elle avait l'impression de pouvoir entendre la nature. Elle avait la chance d'être beaucoup plus sensible que les autres sur ce point là et adorait avoir l'impression, ne serait-ce qu'un instant, d'être scindée à elle... Seulement, cette fois-ci, ce fut de la colère qu'elle ressenti. Non pas contre elle (elle l'espérait du moins), mais une vieille colère. Très vieille -au point de vue d'un elfe... La vie et la mort s'emmêlaient et... Elle rouvrit brusquement les yeux lorsqu'elle entendit des bruits autour d'elle.


__________________

Si l'ombre du Mal s'abat sur toi, alors fais-toi ombre...
L'ombre de la Lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hildevert Delhiomme

avatar

Messages : 33
Masculin
Feuille de personnage
Race: Terres Sauvages
Alignement: [Bon][Neutre][Mauvais]

MessageSujet: Re: Un compte à régler (Dealdur + libre)   Mer 24 Nov - 17:15

Tant de luttes, tant de mépris pour l'audacieux mercenaire! Mais pourquoi donc le chasser ainsi? L'honneur blessé ne se soigne que dans la vengeance. Ainsi était la vision des choses qu'entrevoyait Dealdur. Les promesses se doivent d'être tenues mais dans certains cas particuliers, la personne liée se réserve le droit de rompre tout pacte. Dealdur se releva alors avec grande peine. serrant les dents, l'épée en main, il courut tel un dératé se souciant un instant de la vie de l'elfe et l'empoignant, il la fit suivre le mouvement. Tout se passa alors d'une vitesse incroyable. L'humain fuyait de tout son possible la garde rohirrim à ses trousses. Sentant bien qu'il périrait dans le cas d'une éventuelle bataille contre ses poursuivants, il se déplaçait à en perdre haleine. Son armure lui pesait, son équipement le ralentissait et son casque l'étouffait, si bien qu'il se sentait défaillir. Le courage et la volonté ne manquant pas dans l'être qu'était le mercenaire, la rude épreuve n'était qu'un obstacle à sa liberté prochaine. Chose qu'il avait volontiers échangé contre la poursuite et la peur. Un sentiment bien humain que l'homme put bien sentir aussi bien que l'effroi d'être mis en geôles. Ses capacités furent entièrement déployées pour faire face à cet imprévu inqualifiable. Comment se faisait-il qu'autant de rohirrims étaient réunis dans un si petit village? C'en était trop pour lui et puis les hommes du Rohan savaient terriblement bien combattre pour en avoir déjà mis à mort. La faiblesse le prenant, les jambes perdant progressivement leur allure, Dealdur préssentit qu'il ne tiendrait guère plus longtemps.

L'elfe le dirigeait et il s'en résolut. Le coeur battant, l'adrénaline se répandait dans son organisme. Fangorn... Forêt interdite où seuls les plus téméraires osaient s'aventurer. Voyant que Lessien y pénétrait, Dealdur entreprit pareille chose et constata avec un bonheur insoupçonnable que les prédateurs s'en étaient retournés. En effet, un plus grand avait dévoré les deux fous. L'endroit dangereux de Fangorn ne l'était pas autant que toutes les rumeurs en disaient. L'humain ne se fit ni attaquer par des monstres à la chair carbonisée, ni offenser par d'immenses araignées mangeuses d'hommes ni encore piétiner par ces arbres magiques. Ceci l'étonna au plus haut point et marcher dans toute cette végétation l'épuisa un peu plus à chaque instant. Dealdur se rendit compte que l'elfe lui faisait tourner quelque peu en rond, prenant sûrement quelques précautions. Qui aurait l'audace pour défier la forêt et retrouver les traces d'une elfe? Ce don n'est sans doute pas donné à tous les habitants de la terre du Milieu. Haletant et assez fébrile, il arriva à un endroit tout aussi boisé que les précédents. Lessien se précipita sur lui afin de lui faire comprendre quel était son état d'esprit. Encaissant le coup, le mercenaire demeura confus, n'entreprenant aucune action. Un liquide chaud s'échappa de son nez sans qu'il n'en face pour autant attention. Les larmes lui brouillèrent le visage. Pourtant, il restait de marbre et voyant l'elfe s'éloignait, il ne broncha toujours pas. Du revers de sa main, le mercenaire s'essuya le visage empli d'un savant mélange de larmes, de sang et de crasse. L'épée bien en main, le regard profond et distant, il s'approcha silencieusement de l'elfe. Elle s'était assise au pied d'un arbre. L'ayant face à lui, il ne put s'empêcher de lâcher un rictus d'une nature inqualifiable. L'arme bien haute, les épaules hautes, les muscles bandés, le coup puissant atterrit en pleine cible. Un liquide fut projeté sur les bras du mercenaire. Soudain, il réalisa que ceci n'était autre que de la sève et que son coup n'eut pas l'effet escompté. Epée sur l'épaule, souriant, Dealdur fit comprendre son geste à Lessien
:

"Elfe, mon coup ne vous a point tranché en deux parties églaes. De ce fait, j'estime vous avoir sauvé la vie une fois. Mon honneur n'existe plus et n'a plus aucune raison d'exister. Je me libère de mon engagement, mes paroles ne sont que poison et mes actes que blessures. La damnation m'a frappée et la malédiction s'est jetée sur moi. Je ne veux plus jamais vous voir elfe, et je suppose que vous pensez la même chose de ma personne. Aussi, je me vois dans l'obligation de quitter votre compagnie. Adieu."

Sur ces mots, le mercenaire, probablement incompréhensible aux yeux de l'elfe, partit en direction du Sud Est. Une chose vint frapper encore plus Lessien. En effet, si elle eut le loisir de le suivre un temps soit peu, elle l'aurait alors aperçu son armure au complet jetée ainsi en pleine forêt. Qu'est ce que cela voulait-il bien dire? Pourquoi l'homme avait-il attaqué si sauvagement l'elfe? Son armure ne lui servirait-elle donc plus jamais pour l'avoir ainsi délaissée?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lessien

avatar

Messages : 918
Age : 26
Féminin
Feuille de personnage
Race: elfique
Alignement: Bon

MessageSujet: Re: Un compte à régler (Dealdur + libre)   Jeu 25 Nov - 18:56

A peine eu-t-elle ouvert les yeux qu'elle dû faire une roulade sur le côté pour ne pas se faire découper en deux par une épée ! Celle-ci se ficha dans le pauvre arbre qu'elle avait autrefois frappé et contre lequel elle était encore appuyée une seconde seulement auparavant, faisant couler de la plaie une sève assez odorante.

« Mais vous...
-Elfe, la coupa-t-il, mon coup ne vous a point tranché en deux parties églaes. De ce fait, j'estime vous avoir sauvé la vie une fois. Mon honneur n'existe plus et n'a plus aucune raison d'exister. Je me libère de mon engagement, mes paroles ne sont que poison et mes actes que blessures. La damnation m'a frappée et la malédiction s'est jetée sur moi. Je ne veux plus jamais vous voir elfe, et je suppose que vous pensez la même chose de ma personne. Aussi, je me vois dans l'obligation de quitter votre compagnie. Adieu.
-C'est ça, oui, ne put-elle s'empêcher de répondre... Maintenant que vous m'insérez de force dans vos affaires vous partez comme un voleur, sans même assumer vos actes ! Vous parlez d'une parole... »

Mais Dealdur ne l'écoutait pas, ou du moins fit comme si. Il partit sans se retourner vers le sud-est, d'un pas lent et discret. Lessien ferma les yeux un instant pour comprendre ce qui venait de se passer : il estimait l'avoir sauvée alors qu'il avait visiblement essayé de faire l'inverse, son honneur a tout d'un coup disparu (elle espérait que ce n'était pas à cause de son coup de poing) et il partait, comme si presque rien ne s'était passé... Et elle ne pouvait qu'accepter sa décision. Après-tout, c'était elle qui lui avait dit qu'il pourrait se libérer de cet engagement quand bon lui voulait !

La jeune elfe se releva et regarda tristement l'arbre qui n'avait rien demandé à personne. Malheureusement, elle ne savait que guérir les blessures humaines... Laissant échapper un soupir, elle repartit en direction de l'endroit où elle avait laissé Lawlim, près de la lisière, lorsqu'elle remarqua des objets à terre. Elle s'en approcha et remarqua alors qu'il s'agissait de l'armure du mercenaire. Qu'est-ce que tout cela signifiait ? Elle imagina alors le pire (pour lui) : soit il partait provoquer quelqu'un en duel à mort sans porter son armure, soit il allait carrément se rendre aux rohirrims... Et là seule la corde aurait encore pitié de lui !

Soudain, elle ressentit la colère qui grondait près d'elle. Un froid intense vint lui parcourir le dos et ses yeux perçants perçurent du mouvement vers le sud. Là où était partit Dealdur ! La forêt n'avait pas dû apprécier son dernier geste et Lessien n'avait aucun mal à imaginer ce qui était en train de se passer. Si le mercenaire avait décidé de partir, alors les arbres (ou plutôt des buissons pouvant se déplacer) lui offraient de l'aider d'une façon certainement bien à eux !

Écoutant davantage son cœur que sa raison, l'elfe partit en courant dans la direction du mercenaire, le rattrapant alors qu'il était encore dans la forêt. Elle ne prit pas le temps de réfléchir et ne se demanda pas vraiment s'il avait remarqué qu'une arme menaçante était en train de s'abattre sur lui. Lorsqu'il ne fut plus qu'à quelques mètres d'elle, la jeune femme dégaina ses deux coutelas et fondit sur son ancien compagnon, sans se préoccuper de le faire en silence. Bien sûr, celui-ci para le coup, certainement peu étonné de la retrouver là. Au fond, il l'avait attaquée, contrairement à ce qu'il avait prétendu... C'était normal qu'elle réponde !

A une distance raisonnable l'un de l'autre, les deux individus se regardèrent. Lessien avait posé sur son visage généralement paisible un masque de colère qui ne montrait en rien ses états d'âme ; certes elle était en colère, mais non pas de la même colère qu'elle laissait transparaître. Ce qu'elle s'apprêtait à faire ne lui plaisait aucunement, bien au contraire, mais elle n'avait pas trouvé d'autre solution. Mais au moins la première partie avait réussi, les buissons s'étaient arrêtés. Pour ne pas traîner, elle prit donc la parole.


« Alors que je vous ai sauvé par deux fois, la seule chose qui vous ai venu à l'esprit fut d'essayer de me couper en deux, sans parler du fait que vous m'ayez mise dans le même pétrin que vous. En cela, je ne pense pas vous comprendre un jour. Vous vous conduisez trop comme un enfant, même si cela ne vous excuse en rien. Et puis... il faut croire que je déteste que l'on s'en prenne à la forêt. »

Voyant qu'il ne bougeait pas et, apparemment, qu'il n'avait aucune envie de se battre contre elle, Lessien passa alors à l'attaque, se déplaçant à une vitesse, un silence et une concentration qui lui étaient propres. Un combat à mort s'engagea alors. Elle ne souhaitait ni le perdre, ni le gagner. Elle faisait juste attention à ne laisser aucune faille dans ses défenses (puisqu'elle ne portait pas vraiment d'armure, elle non plus) et à éviter les organes vitaux, même si elle feintait régulièrement de s'en prendre à eux. De plus, elle faisait en sorte de déplacer le combat le plus loin possible vers la plaine.
Elle espérait juste que Dealdur comprenne ses réelles intentions avant le dernier coup, qui serait fatal à elle comme à lui.


__________________

Si l'ombre du Mal s'abat sur toi, alors fais-toi ombre...
L'ombre de la Lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hildevert Delhiomme

avatar

Messages : 33
Masculin
Feuille de personnage
Race: Terres Sauvages
Alignement: [Bon][Neutre][Mauvais]

MessageSujet: Re: Un compte à régler (Dealdur + libre)   Mar 30 Nov - 20:27

Le mercenaire poursuivait sa route. Ne jetant même pas un regard derrière lui, l'humain marchait résolu plus que tout. L'idée de délaisser son armure l'incommoda fort peu. Ce fut même un avantage. Ainsi Dealdur progressait bien plus rapidement et il s'était dispensé d'un fardeau lui semblant assez inutile. En effet pour lui, cette armure ne lui était plus indispensable. La fureur et la vengeance guidaient ses pas, rien de moins. De cruelles interrogations lui apparurent. Sa résolution n'était-elle pas trop inconséquente? En effet, le but unique de Dealdur était à présent d'écraser toute source d'amour, tout espoir. Il avait ainsi basculé du côté de la corruption et de la déchéance. Sa décision vint d'un coup de tête et sa volonté inébranlable, il ne laisserait jamais quelqu'un s'interposer à rejoindre le Mordor pour y offrir ses services. Toutefois, il ne pouvait supporter l'idée de se mettre au pied de ce Sauron. Et pourtant, sa fierté semblait être altérée comparée à la haine envers les pays libres de la Terre du Milieu. Ses rêves seraient alors emplis de carnages et de meurtres. Malgré son humanité, Dealdur ne voulait plus faire parti intégrante de ce penchant. Désormais, il n'aurait d'ordre que de l'oeil. Le mercenaire déchu lui servira du mieux qu'il le pourra et offrira sa vie en échange d'une vengeance sur le Rohan, ce peuple de cavaliers qui l'a mis à mal. Une décision bien lourde et qui devrait demeuré secrète le plus longtemps possible.

La seule chose qui le faisait hésité était Lessien, cette guérisseuse elfe. L'ayant cependant baffé, ses sentiments dissimulés ne changèrent point. La tuer aurait pourtant été une preuve au maitre du Mal. Néanmoins, cette perspective l'aurait anéanti et désespéré. Ainsi la savoir dans cette forêt le rassurait quelque peu la sachant très apte à se mouvoir dans un tel milieu. Et il n'aurait jamais imaginé qu'elle vienne le suivre, cette chose le faisant sûrement défaillir.

Soudain, un bruit se fit entendre et dealdur n'hésita pas un seul moment à dégainer son arme afin de parer l'attaque surprise et tout aussi surprenante. Voyant que son ennemi n'était autre que l'elfe, Dealdur mena le combat sur la défensive. En effet, la tuer surpassait sa détermination. Jamais il ne pourrait se pardonner un tel acte. Il n'en avait aucunement contre elle. Le mercenaire fut très étonné de la voir si bien combattre. Elle maniait ses armes avec une telle dextérité et vitesse que Dealdur eut quelque peu de mal à parer tous ses coups sans porter quelque coup meurtrier à l'elfe. Chose qu'il ne fit pas, il resta passif, se déplaçant avec agilité afin de ne pas trépasser. Dealdur ne comprit pas bien pourquoi elle désirait en finir avec lui et ceci l'attrista au plus haut point. Craignant la fin du combat, il ne savait que faire pour la raisonner. Que fallait-il tenter? Un beau discours ou la raisonner par la force? Se perdant quelque fois dans la profondeur de ses yeux, il laissait passer quelques coups l'effleurant de près le corps et en jaillit quelques giclées de sang. Serrant les dents, il sentait que leur combat les mènerait en dehors de la forêt. Pourtant, l'elfe ne faiblissait pas. L'issue serait funeste. Aussi, Dealdur tenta de rompre le silence quelques minutes après que Lessien eut fit de même en lui reprochant tous ses actes plus stupides les uns que les autres.


"Je vous en prie, cessez tout de suite vos offensives. Je crains de vous blesser, et cela je ne me le pardonnerais pas. Allons donc si mon acte vous a déplu je souhaite m'en excuser mais résister à la tentation de m'occire comme moi j'ai fait avec l'inclination que j'ai pour vous, elfe. Je ne vous ai pas ouvert mon coeur et j'ai longtemps dissimulé mes sentiments, à présent je me dévoile à vous, faites maintenant!"

Cette dernèire phrase fut soldée par un lancer d'épée qui finit son vol à terre à environ une dizaine de mètres de là où le mercenaire se tenait. Ouvrant les bras, Dealdur se remettait au jugement divin à travers l'elfe. Sa vie en valait-elle toujours le coup?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lessien

avatar

Messages : 918
Age : 26
Féminin
Feuille de personnage
Race: elfique
Alignement: Bon

MessageSujet: Re: Un compte à régler (Dealdur + libre)   Ven 3 Déc - 21:26

Au départ, elle avait imaginé que Dealdur répondrait à son dernier acte par la force, cherchant plutôt à la punir de son affront qu'autre chose. Mais, en fait, elle eu la surprise de voir qu'il restait passif, se protégeant juste, laissant régulièrement des failles. Même si elle ne comprenait toujours pas le mercenaire, Lessien avait comme un pincement au cœur. Tant qu'ils seraient dans la forêt, elle n'aurait pas d'autre choix que de continuer.

Fort heureusement, ils arrivèrent assez vite dans la plaine. Elle commença alors à mettre moins de force dans ses attaques, se disant qu'il ne servait à rien de continuer à cette vitesse là alors que les arbres n'avaient pas l'air de vouloir sortir de leur demeure et, surtout, elle n'avait pas le courage d'aller plus loin. Puis vint la réaction de Dealdur, qui surpris encore plus la jeune elfe : celui-ci, en plein combat, venait d'ouvrir grand les bras, en signe de rémission ! Lessien, tout de même méfiante, laissa l'une de ses dagues se poser sur le coup de son adversaire, sans pour autant causer la moindre blessure.


« Je vous en prie, cessez tout de suite vos offensives. Je crains de vous blesser, et cela je ne me le pardonnerais pas. Allons donc si mon acte vous a déplu je souhaite m'en excuser mais résister à la tentation de m'occire comme moi j'ai fait avec l'inclination que j'ai pour vous, elfe. Je ne vous ai pas ouvert mon coeur et j'ai longtemps dissimulé mes sentiments, à présent je me dévoile à vous, faites maintenant !

L'elfe baissa la tête, autant gênée par ses actes que par les paroles de l'homme. Puis, elle baissa son arme, ou plutôt la laissa tomber à terre.

-Je n'ai jamais souhaité attenter à votre vie, Dealdur. Pardonnez-moi de vous avoir fait du tort, mais je ne voyais d'autre moyen de vous sauver. Voyant qu'il n'avait pas l'air de comprendre, elle ajouta : Comme vous le savez, les arbres de cette forêt ont une âme propre et peuvent se mouvoir. Je crois que le fait que vous ayez frappé dans l'arbre avec votre épée ne leur a pas plu. Ils ne souhaitent pas sortir de Fangorn. Ils ne vous attaqueront donc pas ici. Bon. Maintenant, montrez-moi vos blessures, que je puisse réparer ce que j'ai fait !

Lessien prit le mercenaire par le bras et l'incita à aller s'assoir près des petits rochers qui se trouvaient non loin d'eux, ramassant le coutelas et l'épée au passage. Là, elle défit son carquois et pris dans la petite poche arrière ses affaires de soin. Panser les plaies l'aiderai certainement à voir un peu plus clair dans cette histoire ! Au passage, elle n'hésita pas à demander à son patient ce qui lui était passé par la tête et également ce qu'il comptait faire. A force de persuasion, elle finit quand même par lui faire avouer qu'il allait maintenant rejoindre Sauron et recommencer les pillages, notamment contre le Rohan. L'elfe, qui était alors debout, arrêta son geste et ferma les yeux. Venait-il vraiment de lui dire la vérité ? Allait-il vraiment proposer ses services au maïa ?!

Un flot de pensées et de sentiments différents vinrent en elle. Elle avait à la fois l'envie de lui crier de ne pas faire une chose pareille et à la fois le sentiment qu'il valait mieux le laisser libre de ses choix. Quelque chose de curieux l'envahissait, une sorte de tristesse inconsolable, comme si elle était en train de perdre un être cher. Elle ne comprit pas ce qu'elle ressentait. C'était bien trop nouveau.


Écoutant sa raison, elle vint se placer devant Dealdur puis, tout en s'agenouillant pour être à sa hauteur, mis ses mains dans les siennes.

-Sauron doit certainement avoir besoin de fidèles pour commander ses armées, comme tout autre chef. Et... Libre à vous de choisir dans quel camp vous souhaitez mettre votre cœur. Mais, je vous en conjure, prenez le temps de réfléchir avant. De prendre du recul, de voir les choses en adulte. Mais sachez que si vous deviez partir pour le Mordor, alors oui, je devrais vous combattre. Je ne pourrais accepter de laisser votre esprit périr, sans votre corps, comme beaucoup d'autres qui ont rejoint le mal. Réfléchissez, je vous en prie..."

Puis elle se releva doucement, posant un passage un baiser délicat sur le front de son interlocuteur. Alors oui, elle devrait combattre, jusqu'à la mort. Elle devrait tuer l'homme qu'elle aura sauvé trois fois, comme si tout un jour ou l'autre devait être inversé. Et cette perspective ne l'enchantait guère. Ayant fini de soigner les différentes blessures minimes du mercenaire, elle recula donc de quelques pas, se retourna et émit un long sifflement pour appeler les chevaux, qui étaient certainement restés près de la lisière. Puis elle attendit, pensive, qu'ils arrivent.


__________________

Si l'ombre du Mal s'abat sur toi, alors fais-toi ombre...
L'ombre de la Lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hildevert Delhiomme

avatar

Messages : 33
Masculin
Feuille de personnage
Race: Terres Sauvages
Alignement: [Bon][Neutre][Mauvais]

MessageSujet: Re: Un compte à régler (Dealdur + libre)   Sam 4 Déc - 0:15

Que devenait ce bon mercenaire? Il avait failli à son code d'honneur et s'était allé à la vengeance. En effet, tuer ainsi deux êtres sans défense ne peut être qualifié de geste pardonnable. Surtout que Dealdur n'avait aucune excuse pour se justifier. Il n'avait laissé que la haine s'emparer de son être. Et pourtant, une petite parcelle d'amour et e reconnaissance demeurait toujours en lui, fidèle à l'elfe et à ses propos. Outre sa noirceur indiscutable, l'humain se sentait corrompu de plus en plus par un étrange maléfice. Pouvait-il lutter contre la volonté du prince ténébreux? Il en doutait mais en aurait été fier dans le cas où il se serait rallié du côté bénéfique. Hélas, son soeur penchait pour la haine. Donc le combat s'acheva lorsque Dealdur interrompit immdiatement toute défense de sa part, se livrant à l'elfe. Lessien ne poursuivit donc pas et ne blessa pas plus le malheureux, lâchant même son arme. Ainsi ses propos choquèrent le mercenaire en quête de choix de camp. Elle lui révéla donc ce que moult personnes avaient raconté sur cette mystique forêt. Elle était donc hantée par des êtres sylvains, ayant même la capacité de se déplacer et de plus sans aucun bruit. Ceci fit frissoner l'humain qui ne s'attendait pas à une telle révélation. S'étant entaillé à de nombreux endroits, Dealdur eut la chance d'être à nouveau soigné par l'elfe. Quand allait-elle en avoir marre de sa personne, un être si inconséquent? Heureux de se voir à nouveau le centre d'attention, Dealdur lui sourit et se laissa persuader par la charmante jeune femme usant de ses dons. Il lui raconta tout n'omettant rien de sa pensée. Lorsque les choses furent bien étalées, Lessien parut empli d'un sentiment d'amertume. La résolution était peinte sur le visage du mercenaire déchu.

Pourtant, l'elfe tenta un tout pour le tout et lui lança un ultime discours venu du fond du coeur. Ses phrases étaient si véritables si bien pensées que l'humain en fut séduit, son éloquence si parfaite. Ses mains qui entrrent en contact avec les siennes lui parurent fraiches et tremblantes. Le doute s'immisçait en lui. A présent, Dealdur resta perplexe et perdu. Il lançait des regards pour témoigner de l'aide qu'il demandait. Il ne savait que faire et demander à être guidé. Dans sa tête, il pesait le pour et le contre de chacunes des situations. Néanmoins, rien ne lui parvenait. La parole de Lessien l'avait alors détourné de son but fixé mais pas pour autant remis dans le droit chemin. C'est à ce moment qu'elle se releva et déposa un baiser sur son front. Ceci l'emplit alors d'une grande joie qu'il se garda bien de manifester. Engourdi et quelque peu endolori, Dealdur suiva l'elfe en soupirant. Son destin se présentait comme incertain et son penchant maléfique, quoique écarté pour le moment, pourrait bien faire re-surface.

N'ayant plus d'armure, Dealdur se déplaça avec un peu plus d'aisance mais sentit bien qu'il regretterait la chose lorsqu'un véritable combat adviendrait. Il arriva aux côtés de l'elfe qui semblait rappeler les montures. Il souhaitait raconter ce qu'il avait poussé à un tel acte, une chose qui lui pesait sur la conscience:


"Lessien, je voudrais que vous m'accordiez un temps afin que je m'explique. Il est grand temps que je vous laisse sonder "ma personnalité" et que je vous conte les évnements m'aant poussé au meurtre. Il y a de cela un an, je dirigeai une bande de malfrats répandant terreur et mort là où l'on se trouvait. Un de mes lieutenants me trahit et me livra aux rohirrims. Mon jugement fut sans équivoque et la prison fut ma demeure durant deux longs mois. Durant ces temps, je préparais mon retour triomphale parmi ma troupe de guerrier. Ceux-ci parvinrent à me libérer grâce à une ingéniosité que je me garde bien de vous décrire. Néanmoins, à peine avions-nous fui la ville qu'une bande de rohirrims nous tomba à nouveau dessus. Ce fut alors la fin de mon rgne parmi ces brutes. Je fus de nouveau emprisonné mais je ne me souviens pas qui me sauva la vie. Je sus alors que je deviendrais mercenaire et que j'attendrai le jour où je pourrais me venger de cette captivité. Ayant connaissance de l'habitat et de la famille de ce cher lieutenant, je tuai sa maudite femme et son seul fils. Ainsi fut ma cruelle vengeance! Je croyais être ds lors inondé de bonheur et de satisfaction mais il n'en est rien. Je suis juste rongé par la culpabilité de mon acte en ayant occis deux êtres sans défense. Je voudrais également vous annoncer que je décidai de ne finalement pas rejoindre le Mordor. Vous m'en avez convaincu pour un temps. Cependant, je doute de ma destinée et ne sait pas quelle voie emprunter. Eh bien, je crois vous avoir suffisamment ennuyé."

Cette dernière phrase se termina par un petit rire stressé de la part de Dealdur. En effet, celui-ci n'avait jamais autant parlé de son histoire et espérait que ceci resterait seulement entre lui et l'elfe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lessien

avatar

Messages : 918
Age : 26
Féminin
Feuille de personnage
Race: elfique
Alignement: Bon

MessageSujet: Re: Un compte à régler (Dealdur + libre)   Dim 5 Déc - 15:39

« Lessien, je voudrais que vous m'accordiez un temps afin que je m'explique. Il est grand temps que je vous laisse sonder "ma personnalité" et que je vous conte les évnements m'aant poussé au meurtre. Il y a de cela un an, je dirigeai une bande de malfrats répandant terreur et mort là où l'on se trouvait. Un de mes lieutenants me trahit et me livra aux rohirrims. Mon jugement fut sans équivoque et la prison fut ma demeure durant deux longs mois. Durant ces temps, je préparais mon retour triomphale parmi ma troupe de guerrier. Ceux-ci parvinrent à me libérer grâce à une ingéniosité que je me garde bien de vous décrire. Néanmoins, à peine avions-nous fui la ville qu'une bande de rohirrims nous tomba à nouveau dessus. Ce fut alors la fin de mon rgne parmi ces brutes. Je fus de nouveau emprisonné mais je ne me souviens pas qui me sauva la vie. Je sus alors que je deviendrais mercenaire et que j'attendrai le jour où je pourrais me venger de cette captivité. Ayant connaissance de l'habitat et de la famille de ce cher lieutenant, je tuai sa maudite femme et son seul fils. Ainsi fut ma cruelle vengeance! Je croyais être ds lors inondé de bonheur et de satisfaction mais il n'en est rien. Je suis juste rongé par la culpabilité de mon acte en ayant occis deux êtres sans défense. Je voudrais également vous annoncer que je décidai de ne finalement pas rejoindre le Mordor. Vous m'en avez convaincu pour un temps. Cependant, je doute de ma destinée et ne sait pas quelle voie emprunter. Eh bien, je crois vous avoir suffisamment ennuyé.

La jeune elfe haussa une épaule. Voici donc ce qui l'avait poussé à commettre un tel acte ! Au moins s'était-il rendu compte de ce qu'il avait fait... Néanmoins, elle était touchée par la confiance que lui vouait désormais le mercenaire ; raconter sa vie n'était parfois pas une chose facile. Elle décida donc d'en faire autant.

-Vous ne m'ennuyez aucunement, Dealdur. Au contraire, je suis touchée par la confiance que vous me vouez. A moi donc de me présenter. Tout d'abord je ne sais pas réellement qui je suis. On m'a retrouvée perdue et totalement amnésique alors que je ne devais avoir que trois ans et depuis j'ai passé toute mon enfance dans l'orphelinat de la Lothlorien. A l'époque j'avais déjà l'étrange don de pouvoir « dialoguer » avec la nature et ses différents habitants, ce qui me valut à l'époque plus de malchance que de bonheur...

Elle lui relata ainsi assez brièvement les réactions de ses différents camarades d'orphelinat ainsi que l'épisode quelque peut sombre avec le loup noir (cf le premier poste). Tout comme lui, quelqu'un de bien mystérieux l'avait sauvée de la mort (bien sûr, elle ne lui parla aucunement de la longue cicatrice qui barrait son dos) et tout ce dont elle se souvenait de lui était qu'il était messager, peut-être humain. Et donc depuis lors elle avait tout fait pour pouvoir un jour exercer ce métier, y compris espionner les jeunes soldats qui s'entrainaient -à cette pensée, l'elfe esquissa un sourire.

-... C'est notamment pour cette raison que je suis ici : pour prouver ma valeur au combat, faire en sorte que l'on ne me regarde plus comme une incapable totalement folle. Bon, je crois avoir encore plus parlé que vous. J'espère ne vous avoir pas trop ennuyé ? Rajouta-t-elle avec un sourire espiègle. »

Les chevaux arrivèrent quelques instants plus tard et les deux compagnons purent repartir. La journée étant déjà bien avancée, ils ne purent aller bien loin avant de devoir s'arrêter pour la nuit. Lessien pensait régulièrement à cette journée quelque peu tendue et à la confession de Dealdur. Il finirait certainement par rejoindre l'armée du Prince maléfique à moins qu'un miracle ne le fasse changer d'avis. Et apparemment, c'était à elle de le trouver... Quelle tache lui avaient donc cette fois-ci confié les Valar ?!

« Dealdur, puis-je vous demander ce qui vous attire dans les armées du mal, si je peux me le permettre ? »


__________________

Si l'ombre du Mal s'abat sur toi, alors fais-toi ombre...
L'ombre de la Lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hildevert Delhiomme

avatar

Messages : 33
Masculin
Feuille de personnage
Race: Terres Sauvages
Alignement: [Bon][Neutre][Mauvais]

MessageSujet: Re: Un compte à régler (Dealdur + libre)   Mer 8 Déc - 23:20

Le mercenaire épiait les faits et gestes de l'elfe, Il ne constata aucune grimace bien qu'il s'y attendait grandement de la part de Lessien. Elle avait même l'air de le comprendre. Dealdur ne s'attarda pas sur ce point et écouta attentivement les paroles de la jeune femme en apparence. Elle avait l'air sincère dans ses propos et fut flattée d'avoir eu l'occasion de partager les péripéties du mercenaire. Ainsi, l'humain apprit que l'elfe n'avait aucune connaissance sur sa naissance, ses camarades et cet élément qui ne laissa pas indifférent Dealdur. Celui-ci fronça les sourcils et fut frappé de stupeur. Un loup noir? Quelque chose de mauvais augure en soi! Ne se laissant pas distancer par le flot de paroles, le mercenaire tendit à nouveau l'oreille pour poursuivre son écoute. Il sentit une certaine inflexion dans la voix de Lessien lorsqu'elle entama le passage sur son sauveur. Il discerna facilement que le messager eut un grand impact dans la vie de la demoiselle. A ses yeux, il devait tout représenter. Dealdur fut sauvé par un inconnu et pourtant il ne souhaite pas du tout retrouver trace de ce bienfaiteur, pas même éprouver une once de reconnaissance. En effet, le véritable Dealdur était mort depuis bien longtemps, le jour du massacre de son clan. Depuis, il avait songé à changer de surnom et surtout changer d'identité. Néanmoins, il ne l'avait jamais mis en pratique. Refoulant ces pensées, le mercenaire entendit la derire phrase de l'elfe clôturant ainsi sa narration.

Dealdur profita de la question pour faire mine de bailler avec force. Ceci fait, il regarda l'elfe intensément et se mit à rire. Là, les chevaux parvinrent enfin au niveau des deux compagnons. A présent en selle, le mercenaire se demandait qu'était sa destinée. Tout lui paraissait incroyablement flou et du bien ou du mal il ne savait que choisir. Remettant ce choix au moment venu, il se contenta de fixer le regard devant lui et sa monture. Il parcourut ainsi quelques kilomètres. En effet, la nuit tombait et mieux valait-il trouver un endroit pour s'abriter. Quel désarroi! Il n'y avait tout simplement acun village aux alentours, obligeant les deux énergumènes de camper. Aussitôt, Lessien posa une question pragmatique. Perplexe, Dealdur répondit à voix basse:


"Je n'en sais rien"

Puis, le mercenaire s'éloigna d'une cinquantaine de mètres en se balançant. Il redoutait de tomber dans les ténèbres et pourtant ce serait certainement la voie la pus facile. Se prenant les mains dans la tête, il constata qu'il n'était qu'une coquille vide dépouillée d'âme. Il n'avait plus d'honneur: il y avait renoncé lorsqu'il tua l'enfant et la femme. Sa fierté? Rongée par le doute et la corruption! Une lanterne se devait de l'éclairer, sans quoi il tomberait dans un puits obscur et sans fond. Au bout d'un moment, il revint sur ses pas et adressa un fébrile sourire à Lessien tandis que le mercenaire sortit de son sac un repas. Mangeant sans réel appétit, il s'interrogea toujours sur son sort. A présent réfléchi, Dealdur se leva et déclara:

"Lessien, je vous prie de m'excuser pour ma volonté à entrer au Mordor. J'y renonce dès à présent. Toutefois, je préférerais que vous me gardiez du mal. Je sais que vous savez préservez le bien. Faites rejaillir en moi cette source! Tuez moi si la folie me reprend de m'introduire en terre ennemi. Je consens même à me forger une nouvelle indentité, un nouveau nom, une nouvelle apparence. Je veux me repentir des mes actes."

Le menton levé, Dealdur implorait pourtant l'aide de la guérisseuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lessien

avatar

Messages : 918
Age : 26
Féminin
Feuille de personnage
Race: elfique
Alignement: Bon

MessageSujet: Re: Un compte à régler (Dealdur + libre)   Jeu 9 Déc - 19:29

« Je n'en sais rien.

Cette déclaration proférée à voix basse n'étonna pas la guérisseuse. Qui pouvait vraiment savoir ce qui l'intéressait dans quoi ? Pour toute réponse, elle ne bougea pas, laissant ainsi Dealdur réfléchir. Celui-ci alla même jusqu'à s'éloigner pendant un temps, les mains croisées derrière sa tête. En attendant qu'il revienne, la jeune elfe prit une branche morte d'assez petite taille qui trainait à terre et commença à enlever l'écorce avec un couteau puis à lui tailler une pointe.

Lorsqu'elle eu fini celle-ci, le mercenaire revint et lui avoua qu'il voulait changer de vie, laisser de côté le mal et, en fin de compte, tout recommencer à zéro. Elle se sentit comme gênée lorsqu'il lui demanda de bien vouloir l'aider dans cette tache parce qu'il avait besoin d'elle. Elle n'aurait peut-être jamais pensé qu'il lui ferait à ce point confiance ! Néanmoins le fait qu'il le lui demande la toucha plus que ce qu'elle ne voulait bien se l'avouer. Là encore, elle ne comprenais pas... Ou du moins ne voulait pas comprendre.


-Changer totalement de vie peut être difficile, finit-elle par répondre. Et en cela je ne puis vraiment vous aider, sauf en vous empêchant de faire d'autres massacres ! Mais je crois que vous avez vous-même réglé la question. J'accepte de vous aider à traverser cette passe du mieux que je le peux, ami. Mais je n'espère pas que nous viendrons de nouveau à nous battre, à moins que ce ne soit pour un entrainement quelconque, rajouta-t-elle avec un sourire !

Puis elle laissa tomber le bâton qu'elle s'était mise à taillader dans tous les sens pour fouiller dans son sac, en sorti l'un des derniers morceaux de pain elfique et commença à le mastiquer lentement. Elle était ravie qu'on lui ai confié une telle mission et encore plus heureuse de voir les « progrès moraux », si on peut parler ainsi, de Dealdur. Cependant la peur d'échouer la rongeait de plus en plus au fur et à mesure que les péripéties s'enchevêtraient et cela la mettait mal à l'aise. Décidément, on dirait qu'elle manquait de confiance en elle ! Ou serais-ce autre chose ?!

-Mes avis qu'il ne vaudrait mieux changer de région, mais je ne sait pas vraiment où aller. Avez-vous une idée là-dessus ? Ah, au fait, c'est à mon tour d'être de veille, donc ne venez pas me dire que vous êtes en pleine forme et que vous pouvez supporter deux nuits blanches d'affilé ! »


__________________

Si l'ombre du Mal s'abat sur toi, alors fais-toi ombre...
L'ombre de la Lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hildevert Delhiomme

avatar

Messages : 33
Masculin
Feuille de personnage
Race: Terres Sauvages
Alignement: [Bon][Neutre][Mauvais]

MessageSujet: Re: Un compte à régler (Dealdur + libre)   Mer 15 Déc - 19:42

Une elfe était bien digne de confiance pour le mercenaire. Celui-ci s'abandonnait corps et âme à Lessien. Elle serait son guide, sa lumière. Un peu gêné, Dealdur se sentait dépendant de la bonté infinie de l'être qui lui faisait face. L'esprit encore partiellement brouillé, l'humain avait pris une décision plus qu'importante. Il voulmiat changer de mode de vie, de tenue vestimentaire voir même d'armes et d'équipement. Engourdi par le froid mordant de cette soirée, Dealdur avait les lèvres tremblantes et le visage blême. L'impression de froid l'avait envahi et il se dépêcha de sortir de son sac une couverture en fourrure. Dealdur avait écouté les paroles de l'elfe, paraissant confiante. S'emmitouflant dans l'épaisse couverture, le mercenaire finit de manger son repas en adressant un sourire crispé à Lessien. Celui-ci fut satisfait que l'elfe accepte de l'aider du mieux qu'elle le pourrait. Après tout s'il devait passer du côté de Sauron, une fois au Mordor, plus personne ne pourrait le sauver et encore moins le raisonner. Le jeune femme semblait se lier à Dealdur et celui-ci se demanda pourquoi l'elfe demeurait si longtemps à ses côtés. Allait-elle vraiment lui être un ange gardien? En tout cas, elle n'eut aucun mal à se projeter dans le futur. Non réticent à l'idée de demeurer en sa compagnie, le mercenaire s'étonnait toujours de l'appellation que lui donnait la charmante elfe: "ami". Perdu dans ses pensées, il fut soudain rappeler à la réalité lorsqu'on lui adressa la parole. L'elfe semblait préoccupée et désirait quitter la région et cet infâme Rohan. Dealdur leva la tête et lui porta un regard amusé avec un sourire franc.

"Eh bien, vous ne supportez pas le Rohan et cette terre de cavaliers?" Puis il reprit cette fois plus sérieusement: "Je vous trouve d'une très grande sagesse de quitter cet endroit. Pour ma part, j'aimerais me diriger vers le Sud. Pourquoi n'irions-nous point à Minas Tirith? Mon initiation à une nouvelle vie pourrait débuter durant le trajet. Ainsi, lorsque nous arriverons dans la citadelle, il sera l'occasion pour moi de mettre en pratique mon apprentissage et de tirer un trait sur Dealdur!"

Il laissa éclater sa joie par un rire bien éclatant laissant apparaitre toute la longueur de ses dents. Bien qu'il soit amusé par ses propos, le mercenaire n'en restait pas moins posé et réfléchi. Jamais il n'avait dit quoique ce soit sans peser le poids de ses mots. Cela lui valait un certain discernement qui plaisait à tous, même si ses derniers temps, il s'était laissé abusé et berné par sa propre haine. Il n'omit pas non plus le fait que Lessien voulait être de veille. La voyant si déterminée, il n'osa dire mot et se contenta de la contempler dans toute son entreprise. Il fallait du courage et de la bravoure pour supporter le mercenaire à présent endormi, las de sa journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un compte à régler (Dealdur + libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un compte à régler (Dealdur + libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La guerre de l'Anneau :: La Terre du Milieu :: Le Rohan-