AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Retour à Edoras

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eomer

avatar

Messages : 1333
Masculin
Feuille de personnage
Race: Humain
Alignement: Bon

MessageSujet: Retour à Edoras   Dim 23 Mai - 0:40

Une petite musique pour se mettre dans l'ambiance: Cliquez

Eomer était sur une colline avec une escorte. Sur son cheval, il guettait. Il ne détachait son regard de l'horizon. Bien décidé à accomplir ce qu'il avait entrepris, il ne bronchait pas. Les rohirrims à ses côtés ne comprenaient pas l'enjeu de la mission. Pourtant, celle-ci était de la plus haute importance. Aux yeux d'Eomer échouer serait inconcevable. Ses 150 hommes établirent le camp et commencèrent le tours de garde puisque la nuit s'apprêtait à tomber. Ayant une totale confiance en ses guerriers, il les laissa à sa tâche car lui devait se retirer et étudiait avec attention les cartes. Marchant vers sa tente, à présent dressée, Eomer avait à l'esprit que cela faisait longtemps qu'il n'avait pas revue sa petite sœur en espérant qu'il ne lui ait été rien arrivé de grave ou non. Il la chérissait tant mais un jour, elle fut éprise de Faramir et à partir de ce moment-là il ne l'avait plus jamais revu. Son cœur battait si fort en songeant à tout ceci. Peut-être que lui aussi connaitra le bonheur avec la princesse? Néanmoins, ce n'était pas une certitude. Il voulait juste avoir une descendance et pour cela il donnerait tout.

Il était maintenant devant le lieu où il allait passer la nuit. Deux gardes lui faisaient face, tenant des lances. Eomer n'eut qu'à demander à ces solides gaillards de s'écarter et ceci fut réglé. Entrant dans le pavillon, il posa son casque qu'il portait jusqu'à présent à la main. Il était fatigué par l'éprouvante journée qu'il avait eu. Lui et ses hommes s'étaient engagés à garder l'Ouestfolde coûte que coûte. Leur but était de tenir en attendant une quelconque relève. En effet, cela faisait deux mois qu'Eomer chevauchait à la tête de ses hommes écumant la région de quelques huruk haï. Cependant, l'armée ne tiendrait pas longtemps, elle avait déjà subi de lourdes pertes et le moral des troupes en était touché sévèrement. La seule chose qui les empêchait de tout abandonner était Eomer. Pour lui, si ses hommes repartent à Edoras, ce ne sont que des traitres ne méritant plus d'être rohirrim. A coup de grand discours et de promesses d'un monde meilleur, il était parvenu à un résultat qui ne tiendrait sûrement plus longtemps.

Eomer se dirigea vers la grande table en bois au milieu de la tente. Main sur le pommeau de son épée, il attendait son second qui était supposé apporter les cartes. Heureusement pour lui, il arriva vite. Grender, le second, déplia les plans avec précaution à cause de leur âge très avancé. Eomer se pencha dessus et les étudia avec précaution. Au bout d'un moment, il pointa son doigt sur un emplacement bien précis à 50km au nord-est du camp.


« Vous dîtes avoir repéré grâce aux éclaireurs un avant poste huruk kaï. Si cela est vrai, ils contrôlent l'Entalluve et on ne peut se le permettre. Rassemblez les hommes, nous partons à l'aube combattre cette engeance »

« Mais maréchal, nous ne pouvons nous le permettre, on dit qu'ils sont au nombre de 600 ou peut-être même 800. On court au suicide si nous nous y rendons. Leurs piques nous empaleront jusqu'au dernier. Nous devrions envoyer un détachement prévenir le roi de la menace qui pèse sur le pays. S'il arrive à temps, nous parviendrons peut-être à les stopper avant qu'ils ne soient trop nombreux et qu'une véritable vague nous emporte. »

« Cela complique tout... Laissez moi réfléchir Grender. Je vous tiendrais au courant de la situation d'ici une heure tout au plus. Maintenant, vous pouvez disposer »

Ainsi s'acheva la courte discussion entre Eomer et son second. Ce dernier ramassa toutes les cartes et disparut dans le camp rejoindre son emplacement. Eomer était resté seul. Il réfléchissait à LA solution. Convaincu qu'il serait le seul à faire bouger le roi et à ramener le plus rapidement possible des renforts, il décida de partir avec une petite escorte afin d'être plus rapide. N'ayant pas dormi depuis deux jours, il ne parvenait de moins en moins à rester lucide. S'il se dépêchait, il arriverait à Edoras à midi. L'aube n'ayant pas encore pointé son nez, il rassembla ses affaires et fit venir une petite escouade des meilleures éclaireurs. Ils étaient au nombre de 8. Voyant qu' Eomer s'apprêtait à partir Grender et d'autres vinrent à sa rencontre:

« Maréchal, vous ne comptez tout de même pas aller vous-même à la rencontre du roi avec une poignée d'hommes? »

« Écoutez moi! Si je pars c'est parce que le roi est mon oncle et que par conséquent je suis celui qui parviendra le mieux à le faire envoyer des renforts et deuxièmement mon absence ne se ressentira pas, Grender est un très bon chef j'ai confiance en lui, vous devez à présent lui obéir au doigt et à l'œil. Surtout tenez jusqu'à ! »

Après ce bref discours, il tourna le dos au camp avec le sentiment d'avoir fait le bon choix. Confiant, il galopa en direction du Sud, en direction d'Edoras. Épuisé, il chevauchait en compagnie de ses éclaireurs qui restèrent silencieux mais efficace. Ceux-ci étaient inquiets au sujet d'Eomer qui n'en pouvait réellement plus. Ils firent une brève halte pour se désaltérer puis repartirent avec toujours comme objectif d'arriver pour la fin de la matinée.

Eomer sentait sur sa nuque la douce brise matinale qui le maintenait réveillé. Bientôt, ils virent à l'horizon Edoras. Quel réconfort de voir la cité! Cela faisait deux mois qu'Eomer n'avait pas revu Theoden et il hâta le pas. Les éclaireurs le suivant, Eomer ne faisait plus qu'un avec son cheval et atteignit une vitesse folle. On aurait dit que la monture était elle aussi pressée de rentrer à l'écurie. Il arriva devant l'imposant mur de bois, les gardes le regardant de haut. Eomer pouvait voir leur visage s'illuminait. Ils devaient être heureux de recevoir enfin des nouvelles du maréchal. Pressé, Eomer ordonna l'ouverture de la porte. Il entra puis posa à terre devant l'écurie où des soldats vinrent prendre son destrier. Rassemblant ses dernières forces, il escalada les marches menant au Château d'Or et franchit la monumentale porte. Là, il vit son oncle dans la salle du trône. Le revoir le réconforta et Theoden devait ressentir le même sentiment. Une vague de satisfaction l'envahit, il allait pouvoir délivrer le message. Mais avant pour éviter toutes impolitesses, il s'empressa de le saluer puis esquissa un sourire. Eomer avait enlevé son casque et ses cheveux lui collaient à présent sur le visage.

« Mon roi, tout d'abord j'espères que tout va bien ici et que votre personne va pour le mieux. Cela fait un petit moment que nous ne nous sommes pas vus et cela me réjouit que nous soyons enfin réunis en cette salle. Le voyage m'a épuisé, permettez que je m'asseye? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Theoden
Seigneur des cavaliers Rohirrim
avatar

Messages : 276

Feuille de personnage
Race: Edoras
Alignement: [Bon][Neutre][Mauvais]

MessageSujet: Re: Retour à Edoras   Lun 24 Mai - 23:04

La nuit avait été longue et difficile, c'était souvent comme ça lorsque Theoden savait Eomer et Eowyn loin de lui, il ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter, surtout qu'une mission de la plus haute importance reposait sur Eomer et ses hommes. Non pas que le vieux roi n'avait pas confiance en son neveu, mais il avait déjà perdu un fils, et il ne voulait pas qu'une telle douleur se reproduise. Aussi il avait passé la moitié de la nuit à tourner dans tous les sens pour essayer de trouver le sommeil en vain, ce ne fut que lorsque l'aube commença à pointer le bout de son nez, qu'il s'endormir relativement profondément. Ce fut seulement pour peu de temps, lorsque le soleil fut levé, une servante vint le réveiller. Rapidement, il se prépara, enfilant ses vêtements richement ouvragés, puis après un petit petit déjeuné rapide, Theoden se plongea une nouvelle fois dans ses cartes, en compagnie de plusieurs de ses hommes, n'oubliant pas de lire les messages arrivés dans la nuit. Il fallait avant tout préparer les actions avant de les communiquer aux différent avant poste et aux hommes sur le terrain. Même si Sauron se montrait plutôt calme pour le moment, il ne fallait pas se lasser aller, le mal profiterait de la moindre faille, Theoden l'avait bien comprit.

Mais malgré toutes ces occupations, le temps paraissait si long pour le vieux roi, il attendait le retour à Edoras de son neveu. Cependant, il n'en oubliait pas son rôle auprès de son peuple, aussi une fois que chaque réponse fut rédigée puis envoyée de sa propre main. La matinée, se terminait à peine lorsque Theoden reçu les doléances de son peuple, très peu nombreuse, comme à 'habitude des Rohirrim, ils supportaient de nombreuses choses, sans se plaindre, c'était un peuple habitué aux sacrifices, Sauron n'était pas leur seul ennemi, les Dunlendings attaquaient régulièrement le Rohan, quoi que beaucoup moins souvent depuis qu'ils avaient rejoins Sauron. Sans doute que leur maître avait d'autres plans pour eux. Une fois les doléances terminées, Theoden sortit sous le ciel bleu du Rohan profitant de la brise qui soufflait légèrement, observant l'horizon. Sans doute avait il l'espoir d'apercevoir Eomer arriver, cependant, il était encore bien trop tôt, et les éclaireurs le repéreraient sans doute bien avant qu'il ne soit visible de la cité d'Edoras. Après avoir observé l'horizon un long moment Theoden retourna dans la pièce mal éclairé, observer ses cartes, il voulait étudier absolument toutes les positions favorables pour les Rohirrims et pourtant, il connaissait ses terres par coeur, mais il ne pouvait s'empêcher de continuer à étudier ces morceaux de papier, de peur de louper une chose décisive. Et puis de toute façon, que pouvait il faire d'autre? Il n'avait plus l'âge de chevauché de champs de bataille en champs de bataille, il devait se faire une raison, à présent c'était le rôle d'Eomer, et il excellait dans ce rôle de leader, les hommes l'aimaient et avaient confiance en lui, que demander de plus? Et puis il était doué, Theoden était fier de lui. Après sa mort, le Rohan serait entre de bonnes mains, celle de son neveu, qui serait un aussi bon roi que lui, à ne pas en douter. Theoden avait l'impression que la journée se terminait, et pourtant la matinée n'était même pas terminée, et le déjeuné se réparait dans les cuisines, Theoden voyait cette agitation pourtant si discrète.

Après avoir poussé un profond soupire, Theoden se rendit dans la salle du trône où la table à manger commençait à être dressé. Il était encore tôt, mais Theoden savait qu'Eomer devait arrivé dans la journée, et il ne voulait surtout pas perdre de temps à manger en sa compagnie, il voulait entendre de sa bouche toutes les nouvelles de ses troupes. Il connaissait personnellement chacun des hommes qui avait été confié à son neveu, comme la plus part des hommes du Rohan. Ce ne fut que lorsque la table fut terminée de dressée et que quelques uns de ses amis furent installé qu'il s'y installa à son tour, se joignant à eux pour déjeuner. Il n'avait pas grand faim, cependant, se priver de manger n'était pas une solution, il devait conserver toutes ses forces pour lutter contre le mal grandissant. Se fut donc sans réelle faim qu'il dégusta les plats préparés par les cuisinières d'Edoras. Si seulement Eowyn était là, elle seule lui donnait cette joie de vivre. Ne se laissant pas abattre, Theoden ne montrait pas que son moral n'était pas au beau fixe, c'était important pour ses hommes. Si le roi lui même n'avait pas le moral comment pourraient-ils trouver la force de se battre? Elfhild aurait voulu qu'il se montre fort et qu'il n'abandonne à aucun prix. C'était pour elle, pour Théodred, pour son peuple qu'il se battait et aussi pour offrir à Eomer et sa soeur un monde de paix.

La nourriture était délicieuse, et pourtant Theoden n'arrivait pas à y prendre goût, comme si le poids des années l'avait rattrapé, et pourtant, physiquement, il était en pleine forme. L'arrivée de Theoden prochainement l'aiderait sans doute à reprendre du poils de la bête, d'ailleurs il devait s'entrainer, il y avait trop de temps qu'il passait ses journées enfermés dans son palais à travailler sur des cartes et à discuter avec ses généraux, mais ça ne suffit pas malheureusement, en cas de guerre, il devait être suffisamment en forme pour mener ses hommes et défendre son peuple. Pour le moment le harcèlement de Sauron restait léger, quelques attaques de ses créatures de l'enfer, mais rien de plus, le Rohan restait encore une terre sûre, mais pour combien de temps? Cette situation était difficile et s'encroûter n'était pas de meilleure augure. Une fois le repas terminé, il se réinstalla dans sur son trône, plongé dans ses pensées, il ne faisait pas attention à l'agitation qui régnait autour de lui. La seule chose qui réussit à le sortir de ses pensées, ce fut cette silhouette si familière qui se trouvait dans l'encadrement des immenses portes du palais. Aussitôt, un sourire envahit son visage, il était soulager, et rassuré, il se redressa sur son trône, observant son neveu. Ses traits étaient tirés par la fatigue, mais rien de plus, et si la sueur collait ses cheveux sur son visage, il gardait cette prestance royale.


"Mon neveu, te revoir me ravi, installe toi, et qu'on lui apporte à boire."

Theoden fit signe à une servante qui se précipita pour apporter à boire à Eomer.

"J'espère que me rapporte de bonne nouvelle du front, et que de nombreuses les créatures du démon sont tombée sous les lames Rohirrims."




Voici venue l'heure de tirer l'épée ensemble.
Cruauté réveille-toi, qu'importe le courroux,
qu'importe la ruine, et que l'aube soit rouge.
Pour Éorlingas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eomer

avatar

Messages : 1333
Masculin
Feuille de personnage
Race: Humain
Alignement: Bon

MessageSujet: Re: Retour à Edoras   Dim 6 Juin - 15:53

Eomer sentait une douce chaleur l'envahir. Il avait vraiment du baume au coeur car revoir Theoden et à nouveau lui parler, lui avait paru difficile étant donné les circonstances. En tout cas, maintenant il était en face de son oncle et le temps semblait rester figé durant cet entretien. Pour Eomer, le roi n'avait pas changé et c'était normal un homme ne change pas en deux mois bien que ceci ne s'applique pas à Eomer. En effet, celui-ci devenait à chaque bataille, à chaque conflit plus réfléchi quant à ses actions et plus charismatique ce qui peut sembler bien inimaginble étant donné qu'il est l'héritier du trône du Rohan et le neveu du présent roi. Cette si longue absence avait du être bien difficile pour Théoden et Eomer en avait pris conscience. Quant à Eomer, ne pas être entrer dans le Château d'Or depuis plusieurs mois l'avait un rien chamboulé. Sur le champ de bataille et dans la camp, les soldats, les rohirrims le voyaient plutôt comme un guerrier insatiable et sans pitié ignorant que tout était préparé à l'avance.

Eomer, reprenant peu à peu ses esprits, s'assit sur la chaise le plus confortablement possible craignant d'abandonner ce luxe pour dès lors repartir en guerre. Cependant, il resterait au moins une nuit ici pour se reposer et profiter un petit peu de son oncle. C'est alors qu'une servante obéissant aux ordres de son roi, vint lui proposer à boire. Eomer, assoifé, la remercia et la congédia d'un geste de la main. Son roi le fixait et lui se contentait d'avaler la boisson dont il ne sut même pas l'origine. Il avait l'air d'une bête morte de soif se précipitant comme si sa vie en dépendait. Néanmoins, il se resservit pas et laissa le restant. Soupirant, il s'apprêta à repondre à la question de Theoden qui risquait d'être négative. Le maréchal se stoppa net. Il fallait préparer le roi, ne pas lui annoncer ainsi comme en passant. S'appuyant sur tous ses membres, il se releva et porta un profond regard sur le roi. Celui-ci étai empli de respect, de fierté mais également d'impuissance. En effet, en ces heures sombres, Eomer commençait à désespérer, il ne savait plus quoi penser. Il essayait de se montrer fort face aux rohirrims mais en lui-même il doute de l'issue de cette guerre de fous. Le Mal se fait de plu en plus grand chaque jour, Sauron rassemble ses troupes et l'Isengard possède une trop grande armée d'huruk pour que les rohirrims puisent tenter quelque chose.Alors que faire dans une si cruelle situation? Le monde des hommes allait-il s'effondrer? Refusant d'y croire et gardant encore une once d'espoir, Eomer secoua la tête et s'approcha de Theoden.


« Moi roi, mon oncle, nous avons tué bon nombre d'huruk kai, avons piétiné leur armée, leur avons exterminé beaucoup de patrouilles. Nos lames et nos lances ont toutes goûté au sang noir. Malgré cela, ce n'est ni pour me reposer ni pour annoncer une réelle victoire que je reviens en ces lieux. Je suis le porteur d'une horrible nouvelle aussi terrifiante que cela se peut. »

Voyant le visage déconfit du roi, Eomer stoppa là sa « préparation » et voulut entrer dans le vif du sujet. Il marqua un temps d'arrêt puis tira son épée:

« Ne croyez pas que je vous mens, vous m'avez toujours fait confiance et c'est pour cela que je la demande à nouveau. Nos armées sont affaiblies, nos épées tantôt ébréchées tantôt émoussées et le moral des troupes au plus bas! Nous ne pouvons continuer ainsi, sans cela le Rohan tombera! Je dois retourner au camp le plus tôt possible avec le maximum de troupes et des troupes fraîches. Si nous sommes dans l'obligation d'enrôler des jeunes sans expérience, les plus vieux leur enseigneront les petites lacunes. De plus, des éclaireurs m'ont dit qu'un poste avancé huruk avait été crée non loin de notre propre camp. Il paraît même que l'ennemi compte y faire grossir ses troupes. Cela a peut-être l'air d'une mission suicidaire mais nous devons les en empêcher. Quitte à subir de lourdes pertes! Quoi qu'il en soit un messager ou autre devrait se rendre au Gondor ou chez les Elfes afin de demander une aide bénéfique pour notre peuple. Vous devez savoir que ma requête est des plus pressantes, chaque jour compte. J'ai laissé le camp à Grender, mon second et je pense que je devrais rapidement y retourner avant que le moral n'atteigne un seuil critique. »

Tout ceci avait été dit avec une telle prestance, avec une telle éloquence. On voyait là toute la royauté de cet homme. Cependant, sa colère avait grandi. Le stress et la pression le torturait. La fatigue était son principal ennemi. Après ce puissant discours, il se rassit en rangeant son épée à son côté.

[HRP: Veuillez m'excuser pour ce retard]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Theoden
Seigneur des cavaliers Rohirrim
avatar

Messages : 276

Feuille de personnage
Race: Edoras
Alignement: [Bon][Neutre][Mauvais]

MessageSujet: Re: Retour à Edoras   Dim 6 Juin - 21:51

Eomer était de retour à la maison, quelle bonne nouvelle, même si au fond de lui Theoden savait que rien de tout ça n'était terminé, la guerre faisait rage, comment espérer que tout se termine du jour au lendemain. Theoden savait que cette paix n'était que temporaire et surtout cantonnée aux portes du palais d'or. Mais cette pensée avait quelque chose de réconfortante pour le vieil homme. Pendant quelques secondes, alors qu'Eomer buvait, il pouvait s'imaginer qu'il connaîtrait la paix avant de quitter cette terre, et qu'il ne laisserait pas à Eowyn et à son neveu, une terre ravagée et un ennemi toujours plus fort. Souvent, le vieux roi regrettait la quiétude qui avait bercé sa jeunesse et le début de son règne, lorsque Sauron ne vivait plus que dans les légendes et les histoires de bonnes femmes. Mais malheureusement Saruon était bien de retour, et si Theoden était impatient d'avoir des nouvelles du front, il prenait son mal en patience, observant son neveu. Il y avait si longtemps qu'il ne l'avait pas vu, il avait presque l'impression de ne pas reconnaitre le petit garçon qu'il avait vu grandir. A présent, Eomer avait tout d'un leader parfait, que ce soit la carrure ou l'esprit vif et affûté.

Le silence se faisait presque pesant alors que la servante eut été remerciée par le maréchal, se fut Theoden qui brisa ce silence mais la réaction d'Eomer ne fut pas celle à laquelle il s'attendait, pas de sourire, pas de rire, non le visage de son neveu semblait crispé, comme si il venait là pour annoncer une mauvaise nouvelle. Quoi que le roi du Rohan se demandait si leur situation pouvait elle être encore pire qu'elle ne l'était hier. Si il avait rencontré les Elfes, il n'avait en aucune façon gagné de force de soutient, aucun guerrier, aucune arme, et le Gondor paraissait s'éloigner de jour en jour de son frère le Rohan, sans parler que la méfiance de Theoden envers Denethor était grandissante. Cet homme recherchait avant tout le pouvoir et pactiser avec l'ennemi n'était sans doute pas la chose qui lui faisait le plus peur. Mais si cette impression de calme et de paix avait quitté rapidement Theoden, ce ne fut rien face à la réaction de son neveu. Eomer se redressa et s'approchait du vieux roi, un air grave sur le visage. Le visage du vieux roi se décomposa dès les premiers mots qui appelaient sans appel un mais. Tout n'allait pas si bien que le vieux roi voulait l'espérer, le mal était là et le monde des hommes était mit à rude épreuve. L'annonce de la mauvaise nouvelle était un véritable choc pour Theoden, il ne s'attendait pas à une si mauvaise nouvelle. Theoden suivait du regard son neveu, toujours assit sur sa chaise alors qu'il tirait son arme de son fourreau. Le roi redoublait d'attention, ne manquant pas un mot du maréchal, il ne doutait pas une seule seconde de sa parole, Eomer avait déjà fait de nombreuses fois ses preuves, et surtout il aimait Eomer comme un fils, comment douter de son propre sang? Et pourtant, à cet instant, le vieux roi aurait préféré croire à une vaste plaisanterie, et pourtant il était évident que ce n'était pas le cas.

Avec difficultés, il prit une profonde respiration, cette annonce avait été comme un coup de poing en plein ventre. Cependant, nul besoin de vivre dans un monde d'illusion, il lui fallait savoir la vérité pour pouvoir gérer au mieux son royaume, et il y avait encore beaucoup à faire pour sécuriser le royaume. Il allait falloir trouver d'autres hommes alors que la plus part étaient las et fatigués, que le répits se faisait de plus en plus rare. Pendant quelques secondes, le poids des années pesaient sur le dos de Theoden, mais il se reprit rapidement, se redressant et reprenant sa stature de roi.


"Il faut aller demander des hommes auprès d'Aragorn, j'écrirais une missive destinée aux Elfes, et une autre au Gondor, mais ne comptons pas trop sur l'aide de ces derniers et malheureusement nous ne pouvons compter sur Winterfell, qui subit de nombreuses attaques. Je recruterais de nouveaux soldats, mais non ne pouvons laisser l'intérieur des terres sans défense. La chose la plus simple sera encore de fournir des armes, nous ferons atteler des chevaux pour transporter tout ceci."

Theoden poussa un long soupire.

"Pense tu être capable d'obtenir des hommes de la part d'Aragorn?"

Bien sûr le roi aurait pu envoyer quelqu'un d'autre, mais étrangement il était persuadé qu'Eomer était la personne la mieux placée pour convaincre l'héritier du Gondor.




Voici venue l'heure de tirer l'épée ensemble.
Cruauté réveille-toi, qu'importe le courroux,
qu'importe la ruine, et que l'aube soit rouge.
Pour Éorlingas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eomer

avatar

Messages : 1333
Masculin
Feuille de personnage
Race: Humain
Alignement: Bon

MessageSujet: Re: Retour à Edoras   Mar 8 Juin - 22:46

Eomer avait dès lors tout raconté et à ce moment un énorme poids disparut celui de la peur que Theoden n'accepte pas à cette modeste requête. D'ailleurs, pourquoi aurait-il refuser, pour voir son peuple se faire écrasé par les hordes ennemies déferlant sur les peuples libres? Il s'agissait là de la mission la plus importante qui fut donné à Eomer. Le poids des responsabilités se faisait lui-aussi sentir et ce n'était pas agréable du tout. Prendre les bonnes décisions et courir quelques risques furent les pires choses qu'Eomer avait du endossé en tant que leader. Il avait souvent prétendu que le principal était de suivre les directives qu'il s'était donné à lui-même, ne jamais entravé la mission en cours que ce soit pour sauver des rohirrims en piteux états ou autre... si la mission était menée à bien alors là seulement des vies seraient sauvées. Toutefois, le maréchal a toujours regretté la mort de ses hommes si vaillant qu'il soit, chacun ayant leur caractère bien à eux; certains plus timide que d'autre, certains moins violent. Jamais un chef n'avait été plus proche de ses hommes plus compréhensif. Hélas, tout prend fin et à ce moment précis alors qu'il était accoudé à la table, il sentait que la tournure dont prenait les évènements n'était pas de bonne augure pour le camp des peuples libres et que la fin serait probablement au rendez-vous d'ici quelque temps. Un maréchal qui commence à perdre espoir n'est jamais bon pour un roi.

Malgré tout ceci, Eomer était fier d'avoir été un rohirrim et il accueillerait la mort à bras ouvert le jour où elle se présentera. Jusqu'à son dernier souffle de vie, il sèmerait la pagaille dans les lignes ennemies. Cette perspective lui rendit le sourire et vint illuminer son visage. Il resta un instant ainsi savourant ce spectacle. Son interlocuteur ne devait sans doute pas comprendre ce qu'il se tramait. Eomer avait écouté avec attention son oncle qu'il considérait depuis longtemps comme son père. Cependant ce que son roi lui annonça lui mit dans un grave état. Si le Gondor s'en fichait de leurs alliés alors c'en était fini des cavaliers rohirrims. Et les elfes? Mieux ne valait pas trop leur faire confiance même s'ils ont jadis aidé les humains à se relever et à vaincre Sauron. Aucun allié donc. Néanmoins, le nom d'Aragorn lui créa une quelconque surprise que Theoden aurait pu déceler. Oui, probablement que l'héritier avait rassemblé une puissante armée ou peut-être pas... En tout cas, Eomer l'avait aidé par le passé, du moins tout ce qu'il pouvait faire. Par contre, il ne comprit pa pourquoi c'était encore lui qui devait se farcir le voyage alors qu'il devait rentrer au campement élaborer un plan d'attaque. De plus, il était fatigué bien que ce ne soit pas la meilleure excuse qu'il aurait pu formuler. Bien décidé à retourner au camp pour soutenir sa fébrile armée, il se leva:


« Mon oncle, vous savez pertinemment que je ne peux me le permettre. Mes hommes comptent sur moi, ils m'ont donné leur confiance. Rejoindre Aragorn pendant qu'ils résistent serait comparable à une traitrise. Je ne veux pas que l'on m'accuse d'un tel acte. »

Eomer devait le dire à son roi même si cela pourrait l'anéantir. Pourtant, quelque chose en lui le poussait à rejoindre l'héritier du Gondor. Si son roi était d'accord pour qu'il parte alors où était le problème? Ses hommes étaient vaillants. Même s'ils ne verraient pas Eomer revenir, ils combattraient avec Grender à la tête. Cette perspective le rassura et son visage tiré par l'anxiété se relâcha progressivement. Eomer s'était enfin calmé songeant à des choses bien plus positives. Finalement, il fit comprendre d'un geste de la tête qu'il était revenu sur sa décision et qu'il irait près d'Aragorn. C'était une décision complètement folle et il le savait. Il y aurait cependant quelques conditions...qu'il énuméra:

«Je vais m'y rendre mais je ne sais pas où se trouve en ce moment précis Aragorn. De plus, mon cheval est mort de fatigue, même après s'être reposé aujourd'hui, je doute de ses capacités pour demain. C'est pour cela que je le laisserai à l'écurie et prendrait un autre Méaras. Si vous n'y voyez aucun inconvénient bien sûr. Par contre, je crois que je vais vous laisser là après m'être rassasié. En effet, il faut que je puisse dormir avant mon nouveau départ. Je sais bien qu'il est fort tôt pour aller se coucher mais je tiens debout uniquement grâce à ma détermination. Si tout cela ne vous gêne pas mon oncle alors j'irai et je reviendrai dans la plus grande gloire qu'un maréchal puisse connaître. »

Il finit cette phrase en levant son épée bien haut afin d'accompagner ses propos. Dans cette posture, toute sa puissance ressortait: un vrai tableau! Hélas, il rangea son arme à son côté et s'assit à une table attendant quelque chose à se mettre sous la dent, affamé. Le plat arriva bientôt et Eomer mangea à sa faim. Pendant son repas, une vérité lui traversa l'esprit. Il n'avait jamais rencontré sa promise et ne savait strictement pas à quoi elle pouvait ressembler, la seule information qu'il détenait était qu'elle était la princesse de Winterfell. Voulant en savoir plus, il demanda à un moment avec un regard quelque peu perdu semblable à celui d'un enfant amoureux pour la première fois:

« Theoden, Je... Connaissez vous la princesse qui m'épousera? Il me semble qu'elle s'appelle Sansa... Pensez-vous que tout se passera bien? »

Eomer était à ce moment pressé que son oncle lui réponde avec des affirmations si possible. Il continuait à manger confiant dans le retour de parole de Theoden. Ne sachant plus trop quoi dire, il ne se sentait plus à sa place: parler d'amour n'était pas la chose qu'il appréciait le plus. Après que la réponse fut donnée, il continua dans sa lancée:

« Je pense même que je devrais la rencontrer pendant mon voyage si cela n'est pas un détour. C'est surtout le fait que ce soit une femme et qui plus est sans défense. Je suis d'avis de la protéger tant que la Terre du Milieu n'est pas sûr. Elle chevauchera à mes côtés et c'est pour cela qu'il faudrait préparer un cheval de plus pour elle. Je crois avoir été assez direct, mon roi... »

Après cette deuxième intervention, Eomer commençait presque à paniquer, qu'allait-dire son oncle? Allait-il approuver sa décision? Quoi qu'il en soit son repas était à présent terminé. Il se leva après avoir remercié la servante puis se dirigea vers Theoden. Il lui inspira le plus grand respect. Après l'avoir salué comme il le fallait, le maréchal monta donc dans sa chambre guidé par la servante. Quelle fut sa surprise lorsqu'il y entra! C'était tout ce qu'un rohirrim pouvait rêver: un lit bien confortable! Bien décidé à ne pas moisir et à s'endormir le plus rapidement du monde, il se déshabilla en toute hâte et grimpa dans son lit. Epuisé, il ne mit guère longtemps à se plonger dans un sommeil sans rêve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Theoden
Seigneur des cavaliers Rohirrim
avatar

Messages : 276

Feuille de personnage
Race: Edoras
Alignement: [Bon][Neutre][Mauvais]

MessageSujet: Re: Retour à Edoras   Dim 20 Juin - 21:44

Ces nouvelles n'avaient rien de bonnes pour le vieux roi, cependant il ne perdait pas espoir, et il ne voyait là aucune raison de désespérer, la situation était critique, certes, mais il n'oubliait pas une vieille leçon que son père lui avait apprit lorsqu'il était jeune. Tout n'était fini que lorsque la dernière lueur d'espoir c'était éteinte. Il avait rencontré une représentante des Elfes, ils n'étaient pas seul, et le combat ne faisait que commencer. Le Rohan avait subit tant de défi, et aujourd'hui, il était encore debout, même si voir que son neveu commençait à perdre cette lueur essentielle n'était pas une bonne chose. Restant silencieux quelques secondes histoire de digérer ces tristes nouvelles, puis il commença à chercher des solutions, son peuple ne saurait souffrir de nouvelles attaques sans qu'il ne réagisse, sinon, quel piètre roi il ferait. Non il était proche de son peuple, et il était suffisamment douloureux pour lui de les voir souffrir, aucun de ses sujets ne méritaient ces temps si sombres qui obscurcissait les coeurs des hommes. Mais dans ces instants, Theoden ne pouvait être que fier d'avoir des hommes fiers de leur appartenance au Rohan, courageux, et donc chacun méritait leur titre de cavalier du Rohan. Observant en silence son neveu, qui avait, semble t'il, les traits plus sages qu'à son départ d'Edoras. La guerre forgeait le coeur des hommes mieux que n'importe quelle épreuve du temps. Celui ci souriait, perturbant légèrement son oncle qui ne pouvait s'empêcher de se demander se qui faisait ainsi sourire le jeune homme, mais la curiosité n'apportait rien de bon et ses pensées lui appartenaient, en aucun cas le vieux roi ne se permettrait d'y faire une ingérence quelque-conque.

La réaction de Theoden ne surprit pas réellement le roi du Rohan, il s'y attendait, mais il avait prit cette décision après mûre réflexion, et il ne se voyait pas aller réclamer de l'aide lui même, il lui était pas permit de quitter Edoras, il devait se tenir prêt en cas d'attaque, sans parler que même si il était toujours vaillant, le long voyage à parcourir, l'affaiblirait, et le fatiguerait plus que de raison, il n'avait plus la fougue de ses vingts ans contrairement à Eomer. S'appuyant contre la table massif en bois, il plongea son regard dans celui de son neveu, montrant clairement qu'il ne plaisantait pas et qu'il n'était pas question de négocier, mais malgré cela, on pouvait aussi y lire toute la tendresse qu'il éprouvait pour ce jeune homme qu'il considérait comme son fils. Jamais il ne l'avait déçu, et Theoden savait qu'une fois encore, son neveu et héritier, remplirait cette mission avec brio même si il ne semblait pas ravi de se la voir ainsi confier, Theoden le comprenait, mais ce n'était pas question de faire un affront aux seules personnes capables de leur venir en aide, se serait stupide de leurs parts. Et si Eomer c'était levé, Theoden lui se renfonça dans sa chaise, avant de reprendre la parole :

"Je ne te demande pas de rejoindre Aragorn, je te demande d'aller lui demander de l'aide, je ne peux faire ce trajet et il est hors de question d'envoyer un simple soldat faire une telle demande à un roi. Le temps que ton absence durera, ton second s'occupera de tes hommes, je lui enverrais une missive moi même. Ce soir repose toi, mange et bois à autant que le permet ton ventre, mais demain, tu devra te plier à tes devoirs d'héritier, mon fils."

Theoden n'eut pas le temps de terminer son plaidoyer en faveur de cette décision que son neveu lui fit signe qu'il avait changer d'avis, finalement cette idée ne semblait plus autant de rebuter, une bonne chose, avec un peu de chance, Aragorn pourrait fournir de l'aide au Rohan, ne serait ce que des informations afin de fragiliser le Mordor, la moindre chose qui leur apporterait un avantage était bonne à prendre. Observant son neveu qui avait sortit son épée durant son petit discours, il ne pu s'empêcher de se dire que ses parents seraient fiers de lui, autant qu'il l'était lui même, voir peut être même plus. Cet enfant qui n'avait avait connu tant de tristesse à l'aube de sa vie, était à présent l'un des plus grand, que dis-je, le plus grand guerrier que le Rohan avait vu naitre.

"Tout se que tu souhaiteras sera à ta disposition, repose toi et fait honneur au Rohan comme toujours, mais surtout, reste prudent, ta perte précipiterait le Rohan dans des temps encore plus noirs que ceux qu'il connait actuellement."

Les plats arrivèrent, et Eomer pu enfin satisfaire son estomac qui criait famine. Ayant déjà prit son repas, Theoden le regardait manger, grignotant ça et là, il avait retrouvé un peu de son appétit, malgré les mauvaises nouvelles, il espérait que cette rencontre entre Eomer et Aragorn apporterait des choses positives au Rohan. Puis il fut sortit de ses pensées par la voix de son neveu. Ah cette petite fiancée, ça lui paraissait étonnant que le guerrier n'avait encore jamais évoqué réellement ce sujet, en tout cas, il avait ce même regard que lorsqu'il était tombé amoureux enfant, même si la déception était vite arrivée. Dans un petit sourire, Theoden répondit aussi sincèrement que possible à son neveu :

"Il n'y a aucune raison que cela se passe mal Eomer, cette jeune femme m'a l'air bien sous tout rapport, et comment pourrait elle résister au charme des rohirrims ? Plus sérieusement, j'ai entendu dire qu'il s'agissait d'une femme magnifique et le peuple de Winterfell est fier, je pense que vous avez plus de points communs que tu ne peux l'imaginer."

Le malaise d'Eomer était palpable, ce n'était jamais simple de parler d'amour pour un guerrier, il s'agissait d'une choses si mystérieuse et si compliquée. La réaction de son neveu le fit sourire, cette intention de la protéger était des plus nobles, et Theoden la comprenait, il aurait tant souhaité pouvoir faire pareil pour sa bien aimée.

"Je ferais préparer un cheval, si je ne m'abuse, Lord Edward à envoyer ses enfants chez les Elfes, tu n'auras donc aucun détour à faire pour la rencontrer. J'enverrais une missive à Aragorn pour le prévenir de ton arrivée, afin qu'il puisse te conduire sur les terres des Elfes. En attendant, repose toi bien."

Theoden salua son neveu comme il l'aurait fait avec son propre fils avant de le laisser aller se reposer, et avant de reprendre ses activités.




Voici venue l'heure de tirer l'épée ensemble.
Cruauté réveille-toi, qu'importe le courroux,
qu'importe la ruine, et que l'aube soit rouge.
Pour Éorlingas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retour à Edoras   

Revenir en haut Aller en bas
 

Retour à Edoras

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La guerre de l'Anneau :: La Terre du Milieu :: Le Rohan :: Edoras-